Une notion issue de la recherche en sociologie de la santé : la filière

Imprimer

Lorsqu'un observateur peu averti porte un regard sur les institutions publiques qui prennent en charge les enfants en marge, il est totalement dérouté par la complexité du champ : multiplicité des institutions, des acteurs et des catégories d'enfants concernés. L'impression première est un manque total de visibilité des dispositifs.

Comment pouvons-nous rendre compte de la structuration des dispositifs afin de rendre lisible l'imbroglio recouvrant une nébuleuse d'institutions ?

 

Notre démarche a fait appel à une démarche naturaliste visant dans un premier temps, à l'échelon d'un département à recenser et à caractériser de façon exhaustive la totalité des institutions faisant appel au financement public. Puis de décrire les catégories d'enfants pris en charge par ces structures. C'est à la suite de deux enquêtes de terrain, l'une effectuée dans le Lot-et-Garonne en 1985, puis en Gironde en 1989, que nous avons pu dégager la notion de filière qui permet de rendre compte de la structuration du champ de l'enfance en marge. Car il s’agit bien de la construction sociale d’un champ qui s'élabore au fil de l'histoire et qui témoigne de la manière dont la société élabore une réponse sociale au problème posé par l'enfance en marge. Cette réponse sociale s’inscrit dans l'ordre du législatif et du juridique qui définissent les modalités d'institutionnalisation ainsi que les catégories d'enfants à laquelle elles s'adressent. J'ai donc défini la notion de filière comme :

 

un processus d'institutionnalisation des réponses sociales, ayant ses racines dans l'histoire, légitimé par des règles de droit, définissant des catégories d'enfants en marge et les moyens de leur traitement.

 

La suite de nos travaux a permis de vérifier l’hypothèse que les modalités de prise en charge des jeunes s'étaient diversifiées au cours de l'histoire donnant naissance successivement à cinq filières : l'aide sociale à l'enfance, la justice pour mineur, l'éducation spéciale de l'éducation nationale, le médico-social et la pédopsychiatrie. Les premières réponses sociales en faveur des jeunes en marge apparaissent en même temps que naît la prise de conscience de la notion d’enfance, notion qui n’existait pas au début du XVIIIe siècle ou du moins qui se fondait sur une représentation de l’enfant totalement différente de celle que nous en avons aujourd’hui. L’évolution de ces réponses sociales est parallèle à celle des représentations que notre société se fait de l’enfance, de l’enfant homme en miniature soumis à l’autorité de la puissance paternelle à l’enfant aux caractéristiques propres distinctes de celle de l’adulte et sujet de droit.

 

Ces réponses vont s’élaborer au regard de classifications successives faites par les instituteurs, les médecins et les psychologues de l’enfant : sourds-muets et aveugles, idiots, arriérés, anormaux, infirmes, inadaptés et, enfin, handicapés. Ces modifications des terminologies traduisent des avancées significatives en sciences humaines. En fait, entendues comme des dénominations diagnostiques concernant les déviances infantiles, elles s’assortissent de propositions de traitement dont la particularité est de nécessiter la mise en œuvre de moyens institutionnels faisant appel à des décisions d’ordre social renvoyant à la sphère du politique .

 

Les filières de l’enfance en marge

 

 

 

HISTOIRE

rapports sociaux

 

FILIERES

 

 

RÈGLES

de droit

 

CATEGORIES

d’inadaptations

 

Ancien
Régime

Aide Sociale
à l’Enfance

code
de la famille

inadaptation
familiale

1912
1945
1958

Justice
pour mineur

code pénal

délinquance
criminalité

1909

1975

Éducation
spéciale

scolaire

Loi sociale

inadaptation
scolaire
handicap scolaire

1956

1975

Médico-sociale
(enfance)

 


Loi sociale

cumul d’inadaptations
 

handicap

1969
1972

Psychiatrie infanto-juvénile

code
de la santé

maladie mentale

Allemandou, 1989

 

La 12e édition (2011) a été réalisée sous la direction du docteur

Bernard Allemandou

 

avec la collaboration de

Josiane Desguers Fragneau

Nicolas Corfias

Catherine Cacouault

(Marginalités et société)

et de

Nicolas Nerrière

(Réseau Santé Langage)

Conception & réalisation www.la-couveuse.com